Sélectionner une page

Les techniques de respiration sont régulièrement recommandées pour la relaxation, la gestion du stress, le contrôle des états psychophysiologiques et pour améliorer le fonctionnement des organes. Il a été démontré que la respiration yogique, définie comme une manipulation du mouvement de la respiration, a un effet positif sur la fonction immunitaire, les déséquilibres du système nerveux autonome et les troubles psychologiques ou liés au stress.

SKY, une pratique unique de respiration yogique, implique plusieurs types de cycles respiratoires, allant de lents et calmants à rapides et stimulants. De plus en plus de preuves suggèrent que SKY peut être un complément bénéfique, peu risqué et peu coûteux au traitement du stress, de l’anxiété, du stress post-traumatique, de la dépression, des maladies médicales liées au stress, de la toxicomanie et de la réhabilitation des délinquants.

INTRODUCTION

La pollution de l’environnement, l’augmentation du rythme de vie, les troubles psychosociaux, les habitudes alimentaires et la sédentarité ont augmenté le niveau de stress et les troubles qui y sont liés.

Le yoga, une ancienne science indienne, a été pratiqué comme un mode de vie sain. Récemment, le yoga a été adopté comme une approche de la santé dans le cadre de la médecine alternative. Les exercices de relaxation visent à réduire le stress, et donc à prévenir ces effets indésirables. L’une des pratiques de relaxation les plus répandues est le yoga et les exercices de respiration yogique. La respiration yogique, le Pranayama, est une méthode unique pour équilibrer le système nerveux autonome et influencer les troubles psychologiques et liés au stress.

Une forme spécifique de ces exercices de respiration est le Sudarshan Kriya Yoga (SKY) qui s’avère avoir des effets favorables sur le système corps-esprit.

SUDARSHAN KRIYA YOGA

Le Sudarshan kriya yoga (SKY) est un type de pratique de respiration contrôlée cyclique qui trouve ses racines dans le yoga traditionnel et qui permet de soulager la dépression. Il est enseigné par la fondation à but non lucratif Art of Living. Il comporte quatre composantes distinctes.

Les descriptions détaillées des quatre principales techniques de respiration SKY sont les suivantes:

Ujjayi ou « Souffle victorieux » : Il s’agit d’expérimenter la sensation consciente du contact du souffle avec la gorge. Cette technique de respiration lente (2 à 4 respirations par minute) augmente la résistance des voies respiratoires pendant l’inspiration et l’expiration et contrôle le flux d’air afin que chaque phase du cycle respiratoire puisse être prolongée jusqu’à un comptage exact. L’expérience subjective est le calme physique et mental avec la vigilance.

Pendant la Bhastrika ou « Soufflerie », l’air est rapidement inspiré et expiré avec force à un rythme de 30 respirations par minute. Elle provoque une excitation suivie d’un calme.

« Om » est chanté trois fois avec une expiration très prolongée.

Le Sudarshan Kriya qui est un terme sanskrit signifiant « vision correcte par une action purificatrice » est une forme avancée de respiration rythmique et cyclique avec des cycles lents, moyens et rapides.

Le SKY a été enseigné par la Fondation Art de vivre à plus de 6 millions de personnes dans 152 pays du monde. Les mécanismes, les effets et les avantages possibles de SKY sont présentés ci-dessous.

INFLUENCE DU SKY SUR LES FONCTIONS PHYSIOLOGIQUES

Le SKY consiste en une séquence spécifique de rythmes respiratoires variables séparés par de brèves périodes de respiration normale. La respiration tendue se produit dans la nature lorsqu’un animal est vaincu au combat. Elle inhibe l’activité, augmente la perfusion cérébrale, accroît l’attention et la vigilance (via les afférents vagaux), ralentit le rythme cardiaque, restaure l’énergie, prévient l’hypoxie/hypercapnie et prépare l’animal à se protéger.

De nombreuses études démontrent les effets de la respiration yogique sur les fonctions cérébrales et les paramètres physiologiques, mais les mécanismes n’ont pas été clarifiés. Les postulats biologiques du modèle neurophysiologique de la stimulation du nerf vague de la respiration yogique proposent que SKY provoque une stimulation du nerf vague (VNS) et exerce de nombreux effets autonomes, notamment des changements du rythme cardiaque, une amélioration de la cognition dans la maladie d’Alzheimer, une amélioration de la fonction intestinale, etc. Pendant SKY, une séquence de techniques de respiration de différentes fréquences, intensités et longueurs, avec des prises de fin d’inspiration et de fin d’expiration, crée des stimuli variés provenant de multiples afférents viscéraux, récepteurs sensoriels et barorécepteurs. Ceux-ci influencent probablement divers groupes de fibres au sein des nerfs vagues, ce qui induit à son tour des changements physiologiques dans les organes, les glandes et les fibres ascendantes vers les générateurs thalamiques, le système limbique et les zones corticales. Cela peut expliquer la rapidité et la diversité des effets SKY, comme l’expérience de calme et de relaxation combinée à une vigilance et une attention accrues (pour une description détaillée des voies neurophysiologiques proposées, voir Brown et Gerbarg).

Le Sudarshan Kriya peut fonctionner comme l’hyperventilation mécanique et le SNV électronique unilatéral qui conduisent à la stimulation des noyaux thalamiques, ce qui a pour effet de calmer le cortex cérébral frontal.

La pratique de l’Ujjayi permet au praticien de se sentir calme. Le mécanisme proposé serait un passage à la domination parasympathique via la stimulation vagale. L’arythmie des sinus respiratoires (ARS) fait référence à une augmentation normale du rythme cardiaque pendant l’inspiration et à une diminution du rythme cardiaque pendant l’expiration. Le RSA est influencé par l’entrée sympathique et vagale (parasympathique), ainsi que par la fréquence et le volume respiratoires. La respiration lente du yoga induit des oscillations de la pression sanguine et une exagération du RSA normal. Un faible taux de RSA est généralement observé chez les personnes souffrant de dépression, d’anxiété, de trouble panique et de dyspepsie fonctionnelle. La respiration Ujjayi augmente la RSA en augmentant les influences parasympathiques.

Bhastrika provoque une activation sympathique autonome et une excitation du SNC sur électroencéphalogramme (EEG), avec activation des zones corticales temporo-pariétales, produisant des rythmes qui sont similaires aux bandes de fréquences gamma dont on suppose qu’elles reflètent la synchronisation des assemblages neuronaux. L’expérience subjective est celle d’une excitation pendant Bhastrika, suivie d’un apaisement émotionnel avec une activation mentale et une vigilance. La pratique quotidienne de la Bhastrika fournit une légère stimulation sympathique, un peu comme un exercice régulier, et peut ainsi augmenter la capacité du système nerveux sympathique (SNS) à répondre aux facteurs de stress aigus sans épuiser rapidement ses réserves.

Des études scientifiques sur le chant « Om » suggèrent que la répétition mentale de « Om » entraîne une vigilance physiologique, une sensibilité accrue ainsi qu’une synchronicité de certains biorythmes, et une sensibilité accrue à la transmission sensorielle. Pour étudier les effets à long terme du SKY sur les fonctions cérébrales, des changements EEG ont été enregistrés chez 19 praticiens de SKY et comparés aux schémas EEG de 16 participants qui ne pratiquaient ni SKY, ni yoga, ni méditation. Des augmentations significatives de l’activité bêta ont été observées dans les régions frontale gauche, occipitale et médiane du cerveau chez les praticiens de SKY, par rapport aux témoins. Ces résultats indiquent une augmentation de la concentration mentale et une sensibilisation accrue chez les praticiens de SKY. Il est frappant de constater que les praticiens de SKY ont fait preuve d’une vigilance mentale (activité bêta) nettement plus grande que le groupe de contrôle composé de médecins et de chercheurs médicaux, dont la profession exige le développement et l’utilisation quotidienne de ces mêmes compétences.

En résumé, l’amélioration de la fonction autonome, de la libération neuroendocrine, du traitement émotionnel et des liens sociaux suite aux pratiques SKY peut être attribuée au SNV et à l’activation du système limbique, de l’hippocampe, de l’hypothalamus, de l’amygdale et de la stria terminalis.

INFLUENCE DU SKY SUR LE SYSTÈME ENDOCRINIEN

Selon le modèle neurophysiologique du SNV par respiration yogique, on suppose que SKY exerce principalement son effet endocrinien en modulant l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA), qui est essentiel à la réaction de combat et de fuite et à la survie des humains. Il est probable que SKY libère de la prolactine, de la vasopressine et de l’ocytocine par l’intermédiaire d’afférents vagaux à l’hypothalamus et à l’hypophyse antérieure. L’ocytocine renforce les sentiments d’attachement et d’affection. Elle est associée aux fonctions du système nerveux parasympathique (SNP) et participe à la régulation de l’axe HPA. On a constaté que la sécrétion d’ocytocine était faible dans les cas de dépression majeure et on suppose qu’elle augmente après le traitement par SKY. On a constaté une augmentation de la prolacatine.

Dans une étude de Janakiramaiah et al. les patients dysthymiques ont été traités en ambulatoire avec le Sudarshan Kriya comme seul traitement. Les analyses sanguines ont révélé une élévation de la prolactine plasmatique et du cortisol stable après la toute première séance de SKY. Ceci est important car une prolactine plasmatique élevée peut être cruciale pour produire une réponse antidépressive efficace. Des niveaux de cortisol stables indiquent que l’expérience de SKY n’est pas stressante. Une autre étude a révélé une réduction des niveaux d’hormones de stress [cortisol et hormone adrénocorticotrope (ACTH)] ainsi que des réductions de l’inventaire de dépression de Beck. Ceci pourrait soutenir un mécanisme biologique de SKY dans la production d’effets bénéfiques.

Un épisode de la pratique du groupe SKY a augmenté les niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) mais a diminué les niveaux de cortisol sérique. L’augmentation des taux sériques de BDNF s’est maintenue pendant au moins 4 heures et n’était pas due au rythme cicardien. Il a été conclu que l’intervention des pratiques SKY a des effets antidépresseurs profonds, qui sont fortement corrélés avec sa fonction de normalisation des taux sériques de BDNF.

POTENTIEL THÉRAPEUTIQUE DU SKY

Les études sur les implications thérapeutiques de SKY dans diverses conditions psychologiques et cliniques sont résumées ci-dessous.

Stress, troubles de l’anxiété, dépression

Au cours de divers programmes anti-stress dans plusieurs populations, SKY a démontré une réduction significative des scores d’anxiété, indiquant une stabilisation de l’activité mentale, une amélioration des fonctions cérébrales et une résilience au stress. L’insomnie est l’un des symptômes courants du stress qui répond à la pratique quotidienne de SKY sous la forme d’une amélioration de la qualité du sommeil. Les réfugiés du tsunami ont montré une amélioration spectaculaire des scores de stress post-traumatique (PTSD) et de dépression après la formation SKY. Dans une étude comparative visant à évaluer les effets de différentes modalités telles que le yoga Iyengar et Desikachar, le Qi Gong, le SKY et une intervention de yoga à plusieurs composantes (MCYI) pour traiter les vétérans australiens de la guerre du Vietnam souffrant de stress post-traumatique de longue date, il a été constaté que les interventions utilisant de nombreux outils de yoga, à savoir le SKY et le MCYI, étaient les plus efficaces.

SKY a fourni une « expérience émotionnelle corrective » pour guérir les distorsions cognitives et les blessures émotionnelles profondes résultant du traumatisme. SKY traite les problèmes cognitifs et psychodynamiques liés au sentiment de solitude, d’abandon et de rejet par la société en permettant aux participants de reconstruire le sentiment d’une communauté bienveillante, tolérante et interdépendante dans laquelle ils sont acceptés et valorisés.

La respiration yogique peut être enseignée à de grands groupes en quelques jours seulement. La littérature sur SKY a rapporté que SKY a été utilisé pour soulager le stress, l’anxiété, l’insomnie, la dépression et le SSPT après des catastrophes de masse telles que la guerre (Kosovo, Bosnie, Irak et Soudan), les tremblements de terre (Gujurat, Inde tremblement de terre 2000), les inondations (Iran 2004), le terrorisme (New York World Trade Center 9/11), le tsunami en Asie du Sud-Est (2004), et l’ouragan Katrina.  L’utilisation de techniques yogiques doit être considérée comme un traitement d’appoint dans la planification des interventions d’urgence. Le Sudarshan Kriya peut fournir un antidote au stress en neutralisant physiologiquement les effets sympathiques. Dans une situation normale (en l’absence de stress), la pratique d’une respiration rapide entrecoupée de pauses adéquates de respiration lente peut fournir un outil de relaxation et d’imagerie vivante. Le SKY améliore rapidement les symptômes psychologiques et physiologiques du stress post-traumatique, notamment l’insomnie, les cauchemars, l’anxiété, la dépression, l’hyperexcitation, la réactivité excessive aux déclencheurs, la ré-expérience, l’engourdissement émotionnel, le retrait social, la perte d’appétit et les accès de colère. L’anxiété, la dépression et le SSPT sont associés à une suractivité ou une activité erratique du SNS et à une sous-activité du SNP. Des preuves suggèrent que la respiration par le yoga normalise l’activité du SNS et augmente le tonus du SNP, comme l’indique la variabilité du rythme cardiaque.

Une autre façon dont la formation SKY peut faciliter ce changement de perspective est la prise de conscience et la gestion des émotions par la pratique régulière du Kriya. La littérature sur le SKY indique que « plutôt que de laisser les émotions modifier la respiration (et provoquer des changements physiologiques qui peuvent s’avérer malsains), on peut habilement utiliser la respiration pour transformer son état émotionnel ».

Dans le programme alternatif de Lancaster sur la violence, les sujets adolescents, qui ont commis des crimes violents avec une arme mortelle, des meurtres, des viols, des vols à main armée et des menaces terroristes contre d’autres personnes ont été inclus. Ils ont tous été soumis à la pratique SKY, à la suite de laquelle le Spielberger State-Trait Anxiety Inventory Test (STAI) a montré une réduction statistiquement significative du niveau d’anxiété de l’État. Les participants ont également déclaré qu’ils dormaient mieux, qu’ils ne réagissaient pas aussi rapidement aux provocations, qu’ils ne ressentaient pas autant de colère, qu’ils avaient moins peur à l’heure du coucher et qu’ils étaient généralement plus calmes. Compte tenu de l’impact positif de SKY sur diverses affections psychosociales, on estime que SKY peut être un complément utile dans le traitement des phobies.

Janakiramaiah et ses collègues ont montré que SKY était efficace pour traiter la dépression légère et mélancolique chez les dépressifs majeurs dysthymiques et unipolaires. Les personnes dépressives présentent une anomalie particulière des ondes cérébrales de l’EEG, qui est mesurée par l’amplitude du potentiel lié à l’événement (ERP) P300. Au 30e jour, on a constaté un soulagement significatif de la dépression dans les groupes traités avec SKY, mesuré par l’amplitude P300 et les échelles standard de dépression. Au 90e jour, leur P300 était revenu à la normale, ce qui était impossible à distinguer des contrôles normaux, et ils sont restés stables et sans dépression. Plusieurs autres études impliquant des dysthymes et des mélancoliques ont révélé une amélioration significative des symptômes dépressifs après la pratique de SKY.

Il a également été signalé que SKY exerce des effets thérapeutiques remarquables dans le traitement de la dysthymie et des maladies unipolaires et qu’il pourrait constituer une alternative plus acceptable et plus efficace à la gestion médicale de la dysthymie, tant pour le traitement des cas aigus que pour la prévention des rechutes. Il présente l’avantage de favoriser l’autonomie et l’autosuffisance du patient, tout en réduisant les coûts des soins de santé.

Une étude comparative de 45 patients mélancoliques dépressifs hospitalisés, randomisés pour recevoir une thérapie électroconvulsive (ECT), l’imipramine ou SKY, a démontré que les trois traitements étaient efficaces, l’ECT l’étant légèrement plus que SKY ou l’imipramine. SKY a amélioré la latence des mouvements oculaires rapides (REM) et le sommeil à ondes lentes et a réduit de manière significative le cortisol ; il semble que SKY ait des effets biologiques puissants. Dans ces études, l’observance de la technique respiratoire variait de 56 à 80 %, contre 50 % pour les antidépresseurs sur ordonnance (avec des plaintes d’effets secondaires importants dus aux médicaments).

Alcoolisme et tabagisme

Le stress est associé à un large éventail de changements physiologiques. Il est également lié à l’habitude de la consommation de tabac et d’alcool, qui à son tour conduit à des états pathologiques. La progression des maladies liées à l’alcool/au tabac semble être directement liée à la génération d’espèces réactives de l’oxygène, d’espèces réactives de l’azote et à des niveaux réduits d’antioxydants.

Dans une étude portant sur des patients cancéreux ayant suivi leur traitement standard, les chercheurs ont montré que SKY a aidé à contrôler l’habitude de fumer chez 21% des personnes qui ont été suivies jusqu’à 6 mois de pratique.

SKY a été testé pour son effet antidépresseur chez 60 patients alcooliques hospitalisés. Les sujets ont complété l’inventaire de la dépression de Beck (BDI) avant et après les 2 semaines de cette intervention. Le cortisol plasmatique du matin, l’ACTH et la prolactine ont également été mesurés avant et après les deux semaines. Les résultats ont démontré les effets antidépresseurs de SKY chez les sujets alcooliques. Les réductions des niveaux d’hormones du stress (cortisol et ACTH) ainsi que les réductions du BDI soutiennent peut-être un mécanisme biologique de SKY dans la production d’effets bénéfiques.

LE STRESS OXYDATIF ET LE STATUT ANTIOXYDANT

La réponse moléculaire complexe au stress est médiée par des gènes de stress et une variété de voies de régulation. Le stress oxydatif est un dommage interne causé par des espèces réactives de l’oxygène. De plus en plus de preuves suggèrent que le stress psychosocial chronique peut augmenter le stress oxydatif, qui à son tour peut contribuer au vieillissement, et l’étiologie des maladies coronariennes, du cancer, de l’arthrite, etc.

Sharma et ses collaborateurs (2003) ont trouvé des niveaux significativement plus faibles de lactate sanguin et des niveaux plus élevés de superoxyde dismutase (SOD), de glutathion et de catalase chez les praticiens par rapport aux non praticiens de la technique SKY, ce qui suggère que des niveaux plus faibles de lactate sanguin et un meilleur statut antioxydant chez les praticiens sont associés à une pratique régulière de la technique SKY.

L’effet de SKY sur les activités des enzymes antioxydantes chez les femmes ménopausées a été étudié. Quatre groupes de femmes ont été comparés : 40 ont reçu un traitement hormonal substitutif (THS), 40 ont reçu 500 mg de vitamine E par jour, 60 ont pratiqué SKY quotidiennement, et 50 ont servi de témoins. En seulement 30 jours, le groupe de femmes ménopausées SKY a montré des niveaux d’antioxydants améliorés et s’est avéré supérieur aux effets bénéfiques observés avec l’HTS ou la vitamine E sur les niveaux d’antioxydants.

Une étude antérieure a rapporté que la pratique de SKY augmente significativement les niveaux sanguins de SOD comme indicateur du statut antioxydant et réduit le malondialdéhyde plasmatique (MDA), un autre indicateur du stress oxydatif.

PROFILAGE DE L’EXPRESSION GÉNÉTIQUE CHEZ LES PRATICIENS DU SKY

Une étude menée au All India Institute of Medical Sciences (AIIMS), à New Delhi, a montré un meilleur statut antioxydant tant au niveau de l’activité enzymatique qu’au niveau de l’ARN chez les praticiens du SKY. Ceci s’est accompagné d’une meilleure régulation du stress et d’un meilleur statut immunitaire dû à la durée de vie prolongée des lymphocytes par une régulation positive des gènes antiapoptotiques et des gènes de prosurvie chez ces sujets. Ainsi, il a été conclu que la pratique de SKY peut exercer des effets sur l’immunité, le vieillissement, la mort cellulaire et la régulation du stress par la régulation transcriptionnelle.

CONDITIONS MÉDICALES LIÉES AU STRESS ET IMMUNITÉ

Gerbarg et Brown ont constaté que SKY était utile pour les patients souffrant d’un large éventail de troubles médicaux, notamment la fatigue chronique, la douleur chronique, la fibromyalgie, les douleurs cervicales et dorsales, les douleurs de l’articulation temoro-mandibulaire, le cancer, le diabète, la sclérose en plaques et l’asthme. On sait que la réduction du stress et de l’anxiété permet d’atténuer la douleur et les autres symptômes liés au stress.

Dans une étude menée pour évaluer les effets de SKY sur le profil lipidique, la fonction pulmonaire et la concentration d’hémoglobine, une amélioration significative de tous les paramètres de la fonction pulmonaire a été constatée chez tous les sujets sur une période de 8 jours. Ainsi, SKY pourrait avoir une implication thérapeutique dans la gestion complémentaire (non pharmacologique) des maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Dans une étude ultérieure, des réductions significatives du taux de glucose sanguin, du cholestérol total sérique, des triglycérides, du MDA plasmatique et de la lipoperoxydation ont été observées chez des patients diabétiques de type 2 après 4 mois de pratique régulière de SKY. Les auteurs ont suggéré un potentiel prometteur pour SKY comme traitement complémentaire pour les patients diabétiques. Dans une étude récente, il a été constaté que la pratique de SKY pendant 3 et 6 semaines a aidé un étudiant en ingénierie à surmonter le stress de l’examen (ES) en améliorant le profil lipidique et les paramètres hématologiques.

Dans une étude évaluant les réponses neurophysiologiques avant, pendant et après le SKY, on a mesuré un EEG (enregistré sur 19 sites corticaux), une électrocardiographie (ECG), la variabilité du rythme cardiaque, la réponse galvanique de la peau, la température de la peau des mains, la pléthysmographie du pouls et les tests de pression sanguine. Les auteurs ont constaté que la pratique du SKY entraînait des changements significatifs dans toutes les mesures physiologiques. Il semble que sur une période donnée, la santé du praticien devient plus robuste, plus souple et plus apte à faire face aux défis du stress. Cela suggère que la pratique régulière de SKY peut être une pratique de bien-être importante.

Les tests de spirométrie effectués par les praticiens réguliers de SKY ont montré une amélioration de la fonction pulmonaire chez les adultes normaux en bonne santé, ce qui peut avoir une signification en tant que modalité de traitement complémentaire pour l’amélioration de la fonction pulmonaire chez les patients atteints de maladie obstructive des voies respiratoires, les asthmatiques en particulier.

Dans les cas d’hypertension légère, les pratiques SKY ont montré une diminution significative de la pression artérielle diastolique, de l’urée sérique et des adduits de MDA dans le plasma comme marqueur du stress oxydatif. Le schéma d’évolution de la plupart des paramètres de l’étude était tel que les valeurs supérieures à la normale étaient abaissées, mais les valeurs comprises dans la plage normale n’étaient pas modifiées.

Certains auteurs ont signalé que les techniques de réduction du stress (pratique SKY) pourraient s’avérer utiles pour améliorer la capacité à voir des objets éloignés et réduire l’activation du stress physiologique lors des activités quotidiennes.

Kochupillai et al. ont étudié des patients atteints de cancer qui avaient terminé leur traitement standard. SKY a augmenté les cellules tueuses naturelles (NK) de manière significative à 12 et 24 semaines de pratique par rapport à la ligne de base. Il n’y a eu aucun effet sur les sous-ensembles de cellules T après SKY, que ce soit dans le groupe d’étude ou chez les témoins.

Une étude a été réalisée dans l’AIIMS pour dénombrer les sous-ensembles de lymphocytes T (cellules T auxiliaires et suppressives) et les cellules NK dans le sang périphérique des enseignants de l’Art de vivre (AOL), des témoins normaux et des patients cancéreux par flowcytométrie afin de savoir s’il y a eu un changement dans ces groupes. Les auteurs ont observé que le nombre total de cellules T et son sous-ensemble de cellules T auxiliaires était significativement plus élevé chez les enseignants d’AOL et les témoins normaux que chez les patients cancéreux. Une différence significative a été observée dans les cellules NK, qui étaient significativement plus élevées chez les enseignants AOL que chez les témoins normaux et les patients cancéreux. Aucune différence significative n’a été constatée dans la population de cellules NK entre les sujets normaux et les patients cancéreux. Comme les autres facteurs étaient les mêmes chez les sujets normaux et chez les enseignants d’AOL, le nombre plus élevé de cellules NK chez les enseignants d’AOL pourrait être attribué à la pratique d’AOL (Sudarshan Kriya). Cette constatation vient appuyer la littérature sur le yoga qui a montré qu’il peut prévenir la suppression immunitaire après une chirurgie du cancer du sein à un stade précoce.

Dans une étude portant sur des femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein, une amélioration significative de la qualité de vie, du bien-être spirituel, des états d’esprit positifs et du stress perçu a été observée à la fin de la formation SKY et a été maintenue lors d’un suivi de 5 semaines. Les sujets ont été évalués 2 semaines avant la pratique SKY, 8 jours après la pratique SKY et après 5 semaines de pratique régulière.

SKY induit la relaxation, et augmente la défense antioxydante et les cellules NK dans le corps. Ces observations ont des implications importantes pour le cancer, car elles suggèrent que (i) SKY peut avoir un rôle préventif contre le cancer ; (ii) SKY peut être efficace comme mesure préventive secondaire, après un traitement curatif du cancer ; et (iii) dans le cas d’un cancer métastatique, SKY peut retarder la progression du cancer, améliorer la survie et/ou la qualité de vie.

Une étude a été réalisée pour mesurer les changements dans le bien-être psychologique des personnes vivant avec le VIH/sida suite à la pratique du SKY. Les auteurs ont rapporté des améliorations significatives immédiatement après l’intervention de Sudarshan Kriya and Practices (SK et P), qui n’a pas été maintenue lors du suivi final, peut-être en raison de la taille insuffisante de l’échantillon pour alimenter l’étude. Les entretiens qualitatifs ont indiqué des améliorations dans la vie quotidienne.

PRATIQUE ET SPIRITUALITÉ DU SKY

Globalement, la transformation humaine ou la spiritualité est un aspect que la science commence à peine à mesurer. Dans une étude réalisée à l’aide d’un questionnaire sur le quotient spirituel pour quantifier le changement chez les personnes qui ont suivi le cours sur l’art de vivre, il a été constaté qu’un atelier de formation SKY de 4 jours transforme complètement le regard des gens sur la vie.

CONCLUSION

L’ancienne science yogique du souffle est la science qui traite du corps, du souffle, de l’esprit, de l’âme et, finalement, de l’univers lui-même. Tout comme un fil relie le cerf-volant à son pilote, on dit que le souffle relie l’esprit à la force universelle. La science médicale redécouvre et valide actuellement de nombreuses pratiques de santé anciennes issues de cultures traditionnelles du monde entier. SKY est une pratique nouvelle qui fait l’objet de recherches approfondies pour la démontrer comme un traitement fondé sur des preuves. SKY s’est avéré efficace non seulement pour traiter le stress et l’anxiété, mais aussi pour le syndrome de stress post-traumatique, la dépression, les maladies médicales liées au stress et la toxicomanie, ainsi que pour la réhabilitation des délinquants.

Les pratiques de SKY sont des outils rentables et bien tolérés qui peuvent être facilement intégrés dans divers modèles de soins communautaires. SKY soulage le stress et développe le corps et l’esprit d’un individu afin qu’il puisse être plus heureux, en meilleure santé et peut-être même vivre plus longtemps. Dans le monde moderne compétitif, où le stress et l’anxiété font partie de la vie quotidienne, l’ajout d’un programme respiratoire éprouvé et basé sur des preuves comme SKY peut faciliter une vie saine.

D’autres études sont nécessaires pour évaluer le potentiel thérapeutique de SKY dans le traitement des troubles bipolaires, des troubles dissociatifs ou des maladies du spectre schizophrénique et de diverses maladies induites par le stress.