Vivre avec une maladie chronique n’a jamais été facile, et pour certains patients, cela constitue le combat de toute une vie. L’annonce d’une maladie chronique peut être difficile à supporter et peut bouleverser toute une vie. Alors, la question que l’on se pose c’est comment aider le patient à accepter sa situation ? Comment le convaincre de mener une vie normale malgré la maladie dont il souffre ? Découvrez les réponses dans ce qui suit.

Du temps pour accepter

Pour que le patient puisse accepter la situation dont il est confronté, il a besoin du temps après l’annonce de sa maladie. Cela peut durer de quelques semaines à plusieurs mois. Au cours de cette période, il y aura la phase de révolte, l’incompréhension et le déni. Toutefois, il aura besoin d’un accompagnement sur-mesure afin de l’aider à s’adapter à la nouvelle situation dont il se trouve. Cela est encore plus difficile lorsque le patient n’a pas d’antécédents familiaux. Dans certains cas, le suivi d’un psychologue est même recommandé, non seulement pour aider le patient à accepter, mais aussi pour l’aider à adopter une hygiène de vie beaucoup plus saine, adaptée à la maladie dont il est victime.

Un accompagnement pour « bien vivre sa maladie »

D’après les sondages, les patients qui sont atteints par les maladies chroniques ont déclaré qu’ils essaient de vivre avec leur maladie, et non pas de réapprendre à bien vivre la situation où ils se trouvent. L’acceptation de la fatalité peut cependant avoir un impact sur l’efficacité des traitements et la réduction de la longévité du patient. Les patients atteints d’une maladie chronique ont besoin de vivre tout comme les personnes normales, et cela malgré leur pathologie.

Il a besoin de bien vivre sa maladie afin qu’il continue à être combatif et à vouloir aller jusqu’au bout de ses traitements. Pour ce faire, il doit fournir le maximum d’effort de son côté, et son entourage devra aussi contribuer dans la réorganisation de sa vie en fonction de sa maladie. Une compréhension de la maladie est donc nécessaire, de même qu’une autogestion ainsi que la capacité de se prendre en charge au cas où le soignant est absent.

Un soutien pour faire face aux souffrances physiques et psychiques

Les maladies chroniques peuvent avoir des impacts au niveau du moral du patient, et cela au-delà des douleurs physiques. Cela peut aussi nuire à la vie sociale du patient, voire le retrancher de son entourage. Cette souffrance peut ne pas être évidente aux yeux de l’entourage du patient, ou même de sa famille. Comme le patient doit conjuguer sa vie avec sa maladie, parfois, il peut perdre le goût à la vie et parfois l’envie de continuer à battre contre sa maladie. Il est donc important d’aider le patient à montrer sa maladie et à l’affirmer sans avoir honte. L’entourage doit faire preuve de compréhension pour le patient puisse accepter sa maladie et éviter le déni. Cela est important pour qu’il puisse mener une vie saine tout en continuant de suivre son traitement.