Sélectionner une page

Que sont les réflexes primitifs ?

Qu’est-ce qu’un « réflexe » ?

La plupart d’entre nous connaissent et ont fait l’expérience d’un réflexe simple – touchez un objet chaud ou pointu avec votre doigt : que se passe-t-il ? – Vous éloignez très rapidement votre main de la chaleur ou de la douleur, sans y penser ! Il s’agit d’une action réflexe. Il s’agit d’une réaction involontaire en réponse à un stimulus. Cette simple action réflexe est contrôlée par des zones de la moelle épinière. Elle peut se produire à tout moment de notre vie.

Il existe différents types de réflexes dont certains, mais pas tous, sont contrôlés. Dès la conception, le système nerveux se développe sous la forme de réflexes primitifs. Le système nerveux continue à se développer et la fonction neurologique du bébé et sa capacité à survivre par lui-même entrent en jeu. Les réflexes primitifs particuliers aident au processus de la naissance, puis, à mesure que le développement du système nerveux se poursuit, les réflexes posturaux apparaissent. En suivant une formation aux réflexes archaïques (ou primitifs), vous aurez beaucoup d’éléments pratiques pour accompagner vos patients.

Les réflexes primitifs sont :

  • Les réflexes de survie qui se produisent de manière séquentielle au cours des premières semaines du développement du fœtus.
  • Mouvements automatiques et stéréotypés (p. ex. clignement des yeux et respiration) dirigés par une partie très primitive du cerveau (tronc cérébral).
  • Idéalement de courte durée et au fur et à mesure que chacun remplit sa fonction spécialisée, ils sont remplacés par des structures plus sophistiquées, les réflexes posturaux, qui sont contrôlés par le cortex cérébral.
  • Si les fonctions de ces derniers ne sont pas remplies, ils sont « conservés » et sont considérés comme la preuve d’une immaturité du système nerveux central (SNC).

Les réflexes primitifs sont des actions réflexes provenant du système nerveux central qui sont manifestées par des nourrissons normaux, mais pas par des adultes neurologiquement intacts, en réponse à des stimuli particuliers. Ces réflexes disparaissent ou sont inhibés par les lobes frontaux au fur et à mesure du développement normal de l’enfant[1]. Ces réflexes primitifs sont également appelés réflexes infantiles, du nourrisson ou du nouveau-né.

Les enfants plus âgés et les adultes présentant une neurologie atypique (par exemple, les personnes atteintes de paralysie cérébrale) peuvent conserver ces réflexes et les réflexes primitifs peuvent réapparaître chez les adultes. La réapparition peut être attribuée à certaines conditions neurologiques, y compris, mais sans s’y limiter, la démence (en particulier dans un ensemble rare de maladies appelées dégénérescences fronto-temporales), les lésions traumatiques et les accidents vasculaires cérébraux[2][3]. Un individu atteint d’infirmité motrice cérébrale et doté d’une intelligence typique peut apprendre à supprimer ces réflexes, mais le réflexe peut refaire surface dans certaines conditions (par exemple, lors d’une réaction de sursaut extrême). Les réflexes peuvent également être limités aux zones affectées par la neurologie atypique (par exemple, les personnes atteintes d’une infirmité motrice cérébrale qui n’affecte que leurs jambes et qui conservent le réflexe de Babinski, mais qui ont une parole normale) ; pour les personnes atteintes d’hémiplégie, le réflexe peut être observé dans le pied du côté affecté uniquement.

Les réflexes primitifs sont principalement testés en cas de suspicion de lésion cérébrale dans le but d’évaluer le fonctionnement du lobe frontal. S’ils ne sont pas supprimés correctement, ils sont appelés signes de libération frontale. Les réflexes primitifs atypiques font également l’objet de recherches en tant que signes précurseurs potentiels de troubles du spectre autistique[4].

Valeur adaptative des réflexes

L’utilité des réflexes varie. Certains réflexes ont une valeur de survie (par exemple, le réflexe d’enracinement, qui aide un enfant allaité à trouver le mamelon de sa mère). Les bébés ne manifestent le réflexe d’enracinement que lorsqu’ils ont faim et qu’ils sont touchés par une autre personne, et non lorsqu’ils se touchent eux-mêmes. Il existe quelques réflexes qui ont probablement contribué à la survie des bébés au cours de l’évolution humaine (par exemple, le réflexe de Moro). D’autres réflexes, comme la succion et l’agrippement, contribuent à établir une interaction gratifiante entre les parents et les nourrissons. Ils peuvent encourager un parent à répondre avec amour et affection, et à nourrir son enfant de manière plus compétente. En outre, ils aident les parents à réconforter leur nourrisson tout en permettant à ce dernier de contrôler sa détresse et la quantité de stimulation qu’il reçoit[5].

Les principaux types de réflexes de développement sont les suivants

Le réflexe de paralysie de la peur (FPR)

Ce réflexe commence à fonctionner très tôt après la conception et devrait normalement être intégré avant la naissance. Il se manifeste in utero par des mouvements de la tête, du cou et du corps en réponse à une menace. Il est parfois classé comme un réflexe de retrait plutôt que comme un réflexe primitif.

La rétention de ce réflexe se manifeste par :

  • Peur et/ou anxiété
  • Hypersensibilité
  • Insécurité et refus d’essayer de nouvelles choses
  • Faible tolérance aux situations stressantes
  • Accrochage
  • Crises de colère

Réflexe moro

Le réflexe moro commence à fonctionner 9 à 12 semaines après la conception et est normalement complètement développé à la naissance. Il s’agit du réflexe d’alarme du bébé. Les centres supérieurs du nouveau-né ne sont pas suffisamment développés pour prendre une décision rationnelle quant à savoir si une circonstance est menacée ou non. Un bruit fort, une lumière vive, un contact brutal, etc. déclenchent le réflexe et, comme ce réflexe est « un réflexe pour toutes les occasions », la réponse hormonale et neurologique de lutte et de fuite se déclenche, préparant le corps à ce qui a déclenché son système d’alarme.

Si le réflexe de moro est évident après l’âge de 6 mois, les réactions possibles sont les suivantes

  • Réaction excessive incontrôlée à un stimulus, y compris le bruit et les stimuli sensoriels.
  • un comportement hyperactif et un mauvais contrôle des impulsions
  • Immaturité et incapacité à se socialiser
  • Incapacité à se concentrer sur un concept et trouve les stimuli périphériques trop importants.
  • Fatigue surrénalienne due à une augmentation constante de l’adrénaline.
  • Agitation et comportement agressif, en particulier chez les adultes.

Poussée de succion juvénile

Avec le réflexe d’enracinement expliqué ci-dessous, le nouveau-né peut s’alimenter au sein sans problème. Si ce réflexe n’est pas intégré de manière adéquate, la langue se projette vers l’avant avant de se déplacer vers l’arrière lors de la déglutition normale. Elle pousse alors les dents de devant vers l’avant, ce qui modifie la forme de la mâchoire supérieure et provoque une « supraclusion », d’où des problèmes dentaires ultérieurs

Réflexe d’enracinement

Une légère caresse de la joue ou un stimulus du bord de la bouche amène le bébé à tourner la tête vers le stimulus et à ouvrir la bouche avec la langue tendue pour se préparer à téter.

Les symptômes de rétention comprennent

  • Alimentation difficile et éventuellement difficultés à avaler
  • Succion du pouce
  • Problèmes d’élocution et d’articulation
  • Goutte à goutte constante
  • Déséquilibres hormonaux
  • Mauvaise dextérité manuelle due à la réaction de Babkin.

Réflexes palmomentaux (PMR) et plantomentaux

Le réflexe palmomental est une contraction réflexe de l’œil en réponse à un stimulus de la main. Il est également connu sous le nom de « réponse de Babkin ». Ce réflexe émerge à 9 semaines in utero et est normalement intégré à l’âge de 3 mois.

Si le PMR est évident après l’âge de 3 mois, il peut se présenter sous les formes suivantes

  • L’enfant peut avoir l’habitude de mordre
  • Difficulté à utiliser un couteau et une fourchette
  • Difficulté à bouger les muscles du visage
  • Tension de la mâchoire lors de la conduite ou de la concentration.
  • Mouvement de la langue et de la mâchoire en réponse à un stimulus de la main.

Un changement notable lorsque ce réflexe est intégré est la liberté de parole, l’articulation de la main et la mobilité du visage.

Le réflexe plantomental est lié au réflexe du pas et aide à ramper et à marcher.

Réflexe palmaire

Avec le réflexe plantaire, ce réflexe se développe in utero. La preuve courante de la présence de ce réflexe est la « préhension ». Aux premiers stades du développement néonatal, ce réflexe est également lié à l’alimentation (réponse de Babkin). Ce réflexe est déclenché par la succion et le pétrissage en même temps que la réponse de succion.

Les symptômes de rétention après l’âge de 3 mois sont les suivants :

  • Une mauvaise écriture avec une difficulté notable à coucher les choses sur le papier.
  • Mauvaise motricité fine et dextérité manuelle
  • des problèmes d’articulation verbale
  • Problèmes posturaux généraux entraînant un affaissement en position assise.
  • Il est possible que les lettres soient mélangées lorsqu’ils les écrivent sur le papier.

Réflexe plantaire

Le réflexe plantaire, comme celui de Palmer, sert à la préhension. Il apparaît in utero et il est normal qu’il soit pleinement présent à la naissance. Il est normalement intégré vers l’âge de 6 mois. À cet âge, l’enfant commence à ramper et à se déplacer de manière générale, et il semble que ce réflexe soit lié à de nombreuses fonctions motrices globales de l’enfant.

Si le réflexe plantaire est conservé :

  • L’équilibre et la marche sont affectés
  • Course maladroite
  • Difficulté à apprendre à marcher
  • Il peut y avoir des problèmes dans les sports qui nécessitent de la coordination et de l’équilibre.
  • Les adultes peuvent souffrir d’une douleur chronique dans le bas du dos lorsqu’ils marchent ou restent debout pendant de longues périodes.
  • Torsion récurrente de la cheville

Réflexe tonique asymétrique du cou (ATNR)

Ce réflexe commence environ 18 semaines après la conception et devrait être présent à la naissance. Ce réflexe semble aider le bébé à se déplacer et à participer au processus d’accouchement.

Après la naissance, le réflexe continue et joue un rôle important dans le développement de la coordination œil-main, de la perception des objets et des distances. Au milieu de la première année de vie, ce développement est normalement achevé et l’ATNR, n’étant plus nécessaire, devrait être intégré.

Au cours des premiers mois, une fois la coordination œil-main établie, l’ATNR verrouille la vision sur tout ce qui attire l’attention. Si l’ATNR est conservé au-delà de l’âge de 6 mois, il est possible d’obtenir les résultats suivants ;

  • Coordination œil-main (ceci peut être lié aux mouvements de la main et de l’œil dans le sport ainsi qu’à des problèmes d’écriture).
  • Incapacité de traverser la ligne médiane du corps.
  • Problèmes de performance écrite et l’enfant trouvera les performances orales beaucoup plus faciles.
  • Problèmes de suivi visuel
  • Ambidextérité (incapacité à déterminer une main dominante après l’âge correct)
  • Proprioception et incapacité à évaluer les distances.
  • Les adultes peuvent également avoir des problèmes chroniques d’épaule et/ou de cou.

Réflexe labyrinthique tonique (TLR)

Le TLR commence environ 12 semaines après la conception. Il concerne l’équilibre et la position dans l’espace et est présent à la naissance lorsque le cou se penche en avant, en arrière ou s’incline d’un côté. Lorsque ce réflexe est présent, les bras se plient ou s’étendent en fonction de la position de la tête. Chaque partie de ce réflexe s’intègre à différents moments du développement du bébé et devrait être achevée vers l’âge de 3 ans.

La rétention de ce réflexe peut entraîner

  • Des problèmes posturaux (principalement des muscles globalement tendus ou faibles)
  • Empêche le réflexe de redressement de la tête de se développer.
  • une tendance des enfants à marcher sur la pointe des pieds
  • Fatigue en écrivant ou en s’asseyant pour étudier à un bureau (due au fait que le réflexe de redressement de la tête ne se développe pas).
  • Difficulté à évaluer la distance, la vitesse, la profondeur et l’espace.
  • Mal des transports
  • Ce réflexe se concentre sur le système d’équilibre de l’enfant et a également été associé à un trouble du traitement auditif.

Réflexe labyrinthique latéral

Fréquent chez les adultes. La correction de ce réflexe est importante pour les personnes recevant une thérapie sonore. Elle réduit l’apparition de réactions indésirables à la thérapie sonore et peut contribuer à son efficacité. La flexion latérale du cou est souvent plus importante immédiatement après la correction. Le patient peut être un peu désorienté pendant un court moment après la correction et cela peut prendre quelques minutes pour s’adapter.

Réflexe labyrinthique sagittal (SLR)

Le réflexe sagittal du labyrinthe est connu pour favoriser la concentration et les mauvaises postures en position assise. Ce réflexe est généralement lié aux réflexes TLR et STNR et est important dans l’intégration de ces réflexes.

La fatigue à la fin de la journée scolaire, une mauvaise concentration ou une mauvaise rétention des informations en classe sont souvent associées à un défaut d’intégration de ce réflexe. Ce réflexe se manifeste lorsque l’enfant préfère pousser sa chaise trop loin, se pencher sur le bureau et appuyer sa tête sur sa main pour s’assurer que sa tête est alignée avec son torse. Il peut aussi s’avachir ou préférer faire ses devoirs sur le ventre.

Réflexe spinal de Galant (SGR)

Le réflexe spinal de Galant commence environ 18 semaines après la conception et est normalement intégré avant la fin de la première année de vie. Il semble jouer un rôle actif dans le processus de naissance, en provoquant de petits mouvements de la hanche d’un côté, similaires aux mouvements de la tête et des épaules de l’ATNR.

Les symptômes courants de rétention sont les suivants ;

  • Les enfants qui ont des « fourmis dans le pantalon ».
  • Attention et concentration
  • Problèmes vésicaux (principalement l’énurésie)
  • Problèmes posturaux pouvant entraîner une scoliose en raison de la contraction musculaire d’un côté de la colonne vertébrale.

Réflexe tonique symétrique du cou (STNR)

Le STNR n’est pas présent avant ou à la naissance et commence initialement par la flexion de la colonne vertébrale à 6-9 mois de vie, puis à 9-11 mois en extension vertébrale. Il doit être intégré à l’âge de 12 mois et contribue à la capacité de l’enfant à se placer dans une position prête à la locomotion.

Sans l’intégration du STNR, les problèmes peuvent inclure

  • une mauvaise posture due à la faiblesse des petits muscles du dos
  • Une posture avachie.
  • Une mauvaise coordination main-œil
  • une mauvaise intégration sensorielle
  • Mauvaises capacités d’organisation et de planification
  • Intégration inadéquate de l’ATNR entraînant des mouvements inhabituels (ramper, marcher et courir).
  • Difficultés visuelles telles que le suivi rapide des mouvements d’un objet à l’autre.

La rétention de ce réflexe affecte la motricité globale. Les enfants sont plus susceptibles de se blesser, sont plus maladroits et peuvent avoir des difficultés à coordonner le haut et le bas de leur corps. Il se peut que l’exercice ne soit pas apprécié, mais une fois le problème corrigé, nous constatons généralement un empressement à faire de l’exercice et une amélioration des performances en course et en natation.

Qu’est-ce que l' »intégration » ?

Les réflexes primitifs sont ancrés dans notre système et restent actifs toute notre vie. Au cours de notre première année de vie, alors que notre système nerveux mûrit, nous commençons à penser en utilisant notre esprit supérieur. La pensée nous offre la possibilité d’agir d’une manière différente des réponses autonomes ancrées dans notre système nerveux. Pour que nos nouvelles intentions puissent être mises en œuvre sans entrave, le cortex doit s’être développé de manière adéquate pour inhiber, ou neutraliser, le réflexe primitif actif. Si la maturation du cortex est entravée de quelque manière que ce soit, sa fonction de suppression peut échouer à empêcher l’expression de la réponse primitive programmée au stimulant. Des perturbations symptomatiques de l’apprentissage et du développement se produisent lorsque les actions prévues d’une personne sont constamment interrompues par une action programmée plus primitive.

Les réflexes primitifs sont déclenchés par un stimulus, automatiques et sans intervention corticale. Si leur manifestation néonatale n’est pas intégrée à une fonction supérieure, l’enfant a peu ou pas de contrôle sur leur déclenchement. Il est inutile d’essayer d’imposer un enseignement supplémentaire ou une modification du comportement à un système dans lequel les modules intrinsèques de base pour l’apprentissage et le comportement ne fonctionnent pas correctement.

Comment pouvons-nous aider nos enfants avec ces réflexes ?

Le processus implique un léger test musculaire et une pression douce sur des points particuliers ainsi que divers mouvements rythmiques pour permettre à chaque réflexe de s’intégrer. Ces techniques sont appelées Rhythmic Movement Training (RMT), des praticiens expérimentés guident nos enfants avec une séquence spécifique de mouvements qui suivent les voies de développement qui ont été inhibées. Comme nos enfants passent suffisamment de temps avec nous au centre, nous sommes en mesure de travailler sur eux à des intervalles spécifiques et de permettre aux réflexes de s’intégrer correctement au fil du temps. Certains réflexes s’intègrent en quelques semaines, tandis que d’autres prennent plus de temps.

Pourquoi les réflexes néonatals sont-ils conservés chez certains bébés et pas chez d’autres ?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les réflexes sont généralement inhibés par les mouvements normaux que fait le bébé au cours des premiers stades de son développement. Si le bébé ne fait pas ces mouvements normaux, les réflexes néonatals resteront actifs et les réflexes posturaux ne se développeront pas normalement, ce qui retardera d’autres aspects du développement neurologique importants pour l’apprentissage.

Les raisons de la rétention des réflexes néonatals peuvent être les suivantes : une raison génétique, une contrainte in utero, une diminution des mouvements normaux pendant les premiers stades de la vie et une toxicité chimique chez le bébé. Cette toxicité chimique peut inclure la toxicité des métaux, la toxicité environnementale ou l’incapacité du corps à décomposer les aliments ingérés.

 

Précédent

Poster le commentaire